Si l'époque actuelle du WRC, le championnat du monde des rallyes, est l'une des plus disputées, elle ne rejoint pas l'époque glorieuse des fameuses voitures du Groupe B, qui furent jadis interdites après avoir atteint à plusieurs reprises les limites de sécurité voulues par la Fédération Internationale de l'Automobile. Mais si elles ont dû être interdites, ces voitures de rallye ont marqué l'histoire par leur caractère exceptionnel, et l'histoire leur rend aujourd'hui, tant elles ont la cote chez les collectionneurs.

Des versions de route qui se sont raréfiées

Pour pouvoir être éligible à un engagement dans ce fameux Groupe B, la règle était simple pour les constructeurs, qui devaient construire au moins 200 exemplaires d'une version dérivée de la voiture inscrite en championnat du monde, et pouvaient produire une version pour la compétition nommée Evolution, limitée à 20 exemplaires. Et comme tout modèle limité à 200 exemplaires, à quoi s'ajoute le fait qu'elles aient gagné une popularité presque immédiate par leur puissance et leur allure impressionnantes sur le bord des routes en seulement quatre années d'activité, leur valeur de collection s'est enflammée au fil des ans.

Certains modèles dépassent un million d'euros

Désormais, il est impossible de trouver ces modèles à des prix inférieurs à des montants à six chiffres, notamment parce que le nombre d'exemplaires a fortement diminué depuis les années 80. Certains modèles comme la Lancia Delta S4 Stradale, version de route de l'une des voitures de rallye les plus en vues de l'époque, atteignent des prix complètement fous durant certaines ventes aux enchères, un exemplaire ayant même dépassé cette année le million d'euros. D'autres modèles, comme la Ford RS200, se négocient au-dessus du demi-million d'euros, et leur prix ne devrait faire qu'augmenter, notamment dans les ventes aux enchères les plus prestigieuses.

Un destin unique pour des voitures dérivées du rallye ?

Le Groupe B a finalement été interdit par la Fédération Internationale de l'Automobile en 1986, après que plusieurs accidents graves ont eu lieu. Par la suite, les voitures étaient moins puissantes et avaient moins d'appui aérodynamique, réduisant leur vitesse et les risques liées aux accidents. La génération dorée suivante a eu lieu dans les années 90, avec les modèles du Groupe A. Et si celles-ci ont une cote de popularité importante auprès des fans de rallye et des amateurs d'automobile, leur production industrielle les empêchera certainement de rejoindre un jour ces voitures de Groupe B à ce niveau de valeur.